On parle beaucoup des FAKE NEWS, ces fausses informations ou ces informations truquées qui sont diffusées dans le but de désinformer, ou de nuire à quelqu’un… Elles sont véhiculées via les Média, le bouche à oreille ou même par le maire via la séance du Conseil municipal parfois….

 

Andernosiens, vous lisez Sud Ouest ou La Dépêche du Bassin, vous pensez vous tenir au courant de l’actualité de votre ville, jugez-en par vous-même.

Compte rendu du Conseil municipal du 25 janvier 2018  -  Sud Ouest du 29/01/18  et du 2/2/18 et La Dépêche du Bassin du 1/02/18                                                        voir en archives

…. Pas un mot sur les agressions verbales et mises en cause à mon endroit par M. le maire, à propos du cinéma, pas un mot sur l’absence de droit de réponse lors du Conseil municipal (lieu d’expression de la démocratie) et silence de tous les conseillers.                     Tous des démocrates convaincus !

La bande son est à disposition pour en témoigner. Vous jugerez-vous-même.

 

Qu’ai-je fait ?   J’ai alerté !

Oui,  j’ai formulé des réserves sur le montage financier du contrat du cinéma, d’un montant global de plus de 5 millions,  prévu pour 50 ans, qui engage les andernosiens sur plusieurs générations et dont il est prévu que la ville rachète la salle principale pour 1 760 000 euros HT.

(article  La Dépêche du Bassin 16/11/2017  + vidéo You tube)   M. le maire dit, une salle à ce prix c’est une affaire, il oublie de préciser que la ville n’en disposera que 16 jours par an et avec des contraintes nombreuses.

 

j’ai saisi le contrôle de légalité, ce qui est une procédure normale et légitime. Je n’ai pas fait un recours contrairement à vos affirmations M. le maire. J’ai simplement demandé à M. le sous-préfet de dire si ce contrat est conforme aux procédures, et aux intérêts légitimes des habitants, ou si certains points devaient être renégociés.

J’ai réaffirmé mon attachement à ce projet de cinéma, que j’ai voulu et qui fut l’objet de mon engagement dans la campagne mais pas à n’importe quel prix.

 

M. le maire est furieux, il ne sait se contenir. Il qualifie mon action, « d’agissements toxiques ».
Non M. le maire, soulever des points juridiques, financiers, litigieux, faire des additions, anticiper sur l’avenir, c’est simplement assumer ma responsabilité d’élue devant mes concitoyens. J’ai exprimé publiquement (CM du 15/09/2017) ma considération pour M. Gonzales, contrairement à vos allégations.

 M. le maire lorsque lors d’un conseil municipal vous vous adressez à une élue et que vous dîtes :  « Vous emmerdez les andernosiens », vos propos sont gratuits et  traduisent votre vulgarité. Je  crois que nos concitoyens attendent, d’un maire, un comportement plus digne.

Un projet privé financé à 70 % par les contribuables mérite un examen précis.

Les ANDERNOSIENS jugeront par eux même pour peu qu’ils lisent et diffusent le courrier que j’ai rendu public. Ils ont le droit de savoir. C’est mon honneur de dire.

.

                                                                     Marie-France Comte

                                                   Conseillère municipale       liste   Andernos se décide aujourd’hui